03/09/2006

La caserne des Grenadiers

Aujourd'hui, les amis, je ne me fendrai pas d'un texte personnel. J'ai presque tout emprunté au site de l'armée belge. La photo ancienne également. Le reste est, comme d'habitude, une création originale de votre serviteur...

 

Nosferatuske

 

A gauche du palais d'Egmont commence la rue des Petits Carmes, ainsi appelée à cause du couvent des Carmes déchaussés qui fut fondé, en 1612, entre la Maison d'Egmont et la maison ruinée de Culembourg. Ce couvent fut démoli en 1811 et en 1813 on construisit sur son emplacement une prison dite prison des Petits Carmes. C’est là que Verlaine fut enfermé après avoir tiré sur son amant. A travers les biens conventuels on a tracé, depuis, la rue du Pépin.

 

rue du Pépin (au fond, Ministère des Affaires Etrangères)

 

Dès son installation à Bruxelles en 1840, le Régiment des Grenadiers créé en 1837 par le Roi Léopold Ier et qui porta jusqu'en 1850 le nom de ‘Régiment d'Elite', fut chargé de la garde du Palais Royal et du Château de Laeken. Le but essentiel était de disposer d'un corps d'infanterie destiné à agir immédiatement en cas d'hostilités et d'une force numérique toujours suffisamment compacte et composée d'hommes exercés au service militaire. Le Régiment occupa la caserne la plus proche du Palais, en l'occurrence la Caserne Sainte-Elisabeth, un ancien couvent délabré, situé dans un quartier misérable, près du Boulevard du Berlaimont, à hauteur de la Banque Nationale. Cette installation n'était pas favorable à la santé et au bien-être des Grenadiers et ne contribuait pas au prestige du Régiment.

 

 

 

 

La construction de la caserne Prince Albert commença en 1896. A l'origine, l'installation se bornait à 2 bâtiments pour y loger la troupe du Régiment des Grenadiers. Mais très vite les idées concernant cette caserne ont fortement évolué et il a été décidé de démolir tous les bâtiments à front de Rue des Petits Carmes depuis la rue du Pépin jusqu'au Palais d'Egmont. Il ne s'agissait plus seulement de fournir un logement adéquat au Régiment qui bénéficiait de la sollicitude particulière du Souverain, mais aussi d'ériger une construction qui cadrerait dans les projets du Roi Léopold II d'embellir la capitale au moyen d'édifices publics imposants.

 

vue de la rue du Pépin vers l'entrée du Club Prince Albert

 

Pour les façades donnant sur la Rue des Petits Carmes, l'architecte choisit un style néo-Baroque. Le Mess des Officiers, le bâtiment faisant le coin de la rue des Petits Carmes et de la Rue du Pépin, reçut toutefois un aspect assez différent. En 1901, la nouvelle caserne reçut, avec l'approbation du Roi Léopold II, le nom de ‘Caserne Prince Albert' en souvenir de la présence du Prince dans les rangs du Régiment depuis 1892. Les travaux de la caserne ne connaîtront leur achèvement qu'en 1907 avec l'inauguration du mess des Officiers. Le Régiment des Grenadiers y résidera, mise à par l'interruption de 4 ans durant la Première Guerre Mondiale, jusqu'en 1939.

 

Parking du Club Prince A1bert. Au fond, la rue du Pépin

 

...les projets du Roi Léopold II d'embellir la capitale au moyen d'édifices publics imposants.

Commentaires

:-) Merci bcp d'avoir accepte rl'echange d eliens, je m'occupe de ca cette semaine ;)
je ne peux repondre à ton mail, il n' ya pas d'adresse en retour, pour repondre à ta question il suffitd'ajouter le nom du site avec le lien
bon dimanche, bisous

Écrit par : kadomi | 03/09/2006

Répondre à ce commentaire

rue du Pépin Nosferatuske, je vois que nous fréquentons les même quartiers à longueur de journée.... toi peut-être par passion, moi professionellement... mais c'est toujour sun plaisir que de les voirs via l'oeil de quelqu'un d'autre...
Bonne journée...

Écrit par : Roger | 04/09/2006

Répondre à ce commentaire

rue du Pépin Cher Roger,
Je t'avouerai qu'il y avait longtemps que je n'y étais plus passé. C'est la démolition d'un partie de la caserne qui a attiré mon attention. Et puis, je descendais la rue du Baudet... Emporté dans mon élan, il me fallait satisfaire une curiosité insatiable. Si ma femme ne m'avait pas arrêté, j'aurais continué sur le Palais d'Egmont, le P'tit Sablon, etc... Bref, elle a bien fait, c'est comme cela que je suis arrivé au Miladiou...

Bonne journée, à toi!

Écrit par : Nosferatuske | 04/09/2006

Répondre à ce commentaire

recherche aide possible Bonjour

Je recherche un soldat venu vers 1838 en Belgique
Son Nom PORATH Johann(Jean)Gotlieb né a Spremberg en Prussie et partie dans l'armee royal belge en 1838-1839 l'époque de Leopold
savez vous m'aider

salutations

alphonse

Écrit par : alphonse wagner | 11/01/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.