30/09/2006

Chronique d'une catastrophe redoutée (3)

Nous y voilà !

Voici donc en face de l’église du Grand Sablon, un édifice abandonné qui m’a toujours fasciné depuis ma tendre enfance.

 

Brublog060917 050blog

 

C’est glauque, sale, pas beau, triste, mélancolique.

Mais, cela s’intègre dans un ensemble. Ce n’est pas un coup de poing en plein dans ta tronche de promeneur un peu naïf ou niais.

 

Brublog060917 067blog

 

Mais, pourquoi ces cris d’orfraie ? Pourquoi ce ton si alarmiste ? Où est la catastrophe redoutée ?

 

Brublog060917 063blog

 

C’est simple. L’immeuble est à vendre. En vieux Bruxellois, nous, nous savons ce que cela veut dire. Une fois vendu, le nouveau propriétaire, pour rentabiliser son bien, va, bien sûr raser le tout. S’il est contrecarré par des voisins qui tiennent à leur environnement, il prendra le temps de laisser ouverte, par négligence, l’une ou l’autre tabatière ou fenêtre bien exposée.

 

Brublog060917 061blog

 

Vu l’état du bâtiment, il ne faudra pas attendre trop longtemps pour l’effacer brutalement. C’est là que tout bon Bruxellois commence à vraiment trembler. Que va-t-on construire à la place ? Cette fois-ci, que vont inventer nos stukskes esthètes pour nous donner la nausée, quand on passe par là, même en tram.

C’est ainsi que l’on devient timoré. C’est ainsi que l’on craint toute innovation du tissu urbain.

Touche pas à ça, graine de yuppie ! Viens pas essayer de te distinguer et faire de ton dikke nek dans les revues internationales où on ne montre que de splendides beautés impossibles, frigides et sans âmes ! Vade retro schieve architekt !

Je me propose de tenir une chronique attentive de la suite des événements que je redoute. J’espère que je serai contredit.

A suivre, donc…

 

Nosferatuske

Les commentaires sont fermés.