23/10/2006

L'Impasse de la Poupée

Dans les posts précédents, nous parlions d’impasses. Curieux de nature et pédagogue dans l’âme, j’ai voulu illustrer le propos où j’arguais que « nos représentations mentales stéréotypées font sans doute appel à la strotje étroite, voûtée, sombre et sinistre où l'on s'aventure non sans un frisson d'appréhension », pour évoquer une impasse.

 

Brublog061021 065blog

 

Et bien voilà, je t’en ai trouvé une « belle ». Mais ce n’est pas un cadeau… la poupée.

 

 

Brublog061021 066blog

 

En tous cas, voilà l’illustration odorante de la nécessité vitale et impérative de réinstaurer un certain nombre de vespasiennes (des pissotières, quoi !) dans l’un ou l’autre endroit stratégique du centre ville. Je me souviens encore de celles situées à la Bourse. Se taper les dernières, le long de l’église Sainte-Catherine, est impossible quand on a un besoin à assouvir de l’autre côté de la Grand-Place !

 

Brublog061021 068blog

 

  

S’il y a des gens qui habitent là, je les plains sincèrement. La concentration en gaz ammoniaqué y atteint la dose létale ! Ne me fais pas dire ce que je ne veux pas dire. Il n’est évidemment pas question d’apposer une grille et d’interdire le passage. Mais une visite un peu plus régulière de nos hardis cantonniers serait du plus bel effet !

 

En parlant d’impasses, j’en ai une autre à te présenter. Mais ce sera pour une prochaine fois. Je dois te ménager…

 

Nosferatuske

Les commentaires sont fermés.