17/03/2007

La Défense

Rue du Chêne

L'armée veille...

 

Brublog 070217 091blog

La Défense? Neen, de Defensie !

La police? Nee, de politie !

Idiot? Idiotie ! ... Nee, exKuus: idiOOT!

 

Brublog 070217 092blog

 

C'est là que tu peux aller t'engager. Pas op ! Faut être bilingue, hein !!!

Et vas surtout pas dire que t'es brusseleir, hein !

Parce que là, tu vas en prendre plein la g...

Vuile franskilijioen, volksveraader, kiekefreter!!!

Flamin, Ménapien, flamoetch !!!

 

Tu seras puni de t'être moqué de tout ces pôvres provinciaux complexés qui se sont perdus dans le Bruxelles des bureaux, des ministères, des tours, des casernes, en se noyant dans les navettes, les tunnels, les embouteillages, le ring et autres saloperies infernales qui font de ta ville un endroit si convoité...

 

Nosferatuske

13:37 Écrit par Nosferatuske dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : rue du chene, brussel, belgique, bruxelles, la defense, zwanze |  Facebook |

Commentaires

Eyckstraete Eh ben... Nosferatuske, tu déchaînes encore tes diables, on dirait! Et dans ce cas-çi, j'avoue ne pas vraiment bien comprendre le pourquoi et le comment. Est-ce parce que, une fois n'est pas coutume, une enseigne est unilingue en Néerlandais? Que dire alors des 95% autres qui sont également unilingues, mais bien sur uniquement en Français? Et tout ça dans une ville bilingue, ben oui! A remarquer que cette rue s'appellait déjà Eyckstrate en 1340, la rue du Chêne n'est apparue que grosso modo 500 ans plus tard! Voyez ce que je veux dire...? Allez, sans rancune d'un vrai Bruxellois... bilingue, qui depuis longtemps s'en fout pas mal de tous ces soi-disant problèmes linguistiques. On a déjà assez de problèmes avec nos "développeurs", non? Bon weekend!

Écrit par : WomB | 17/03/2007

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup la première photo ...je me demande ce qu'elle donnerait en noir et blanc. Puis-je la copier Nos?

Écrit par : aicha | 17/03/2007

Répondre à ce commentaire

Je dirais que c'est la rapidité et la manière des flamands à s'appropriés Bruxelles qui m'interpelle...pourquoi n'ont-ils pas réagis avant ? pour le reste...j'ai plus de sang flamand que wallon ans les veines et quelque part je m'en tape...chez les flamands, je suis pas chez moi parceque je ne parle pas le néerlandais, en Wallonie on m'a déjà traitée de "sale bruxelloises" et à Bruxelles je suis considérée comme une exilée...Alors ....je me sens uniquement chez moi quand j'ai fermé la porte de MA maison ...ARA ! et si ils veulent une guéguerre...ce sera sans moi !

Écrit par : sophie | 18/03/2007

Répondre à ce commentaire

Best WomB, Je n’ai pas envie de polémiquer sur le sujet. Il me faut, quand même répondre à tes remarques. Ce ne sera pas un manifeste politique ni des élucubrations sur la pureté linguistique.
Etre Brusseleir n’a jamais été facile. Je voulais en témoigner. Sans trop de rigueur, en divaguant un peu, je te le concède.
On a toujours mélangé les langues. Comme larbins des conquérants, on a toujours dû s’adapter. Il fut un temps par exemple où ma famille flamande se serait gaussée de moi si j’avais utiliser le terme defensie au lieu de verdediging, comme freineire au lieu de remmen. Je parlais un patois culturellement « impur » et socialement connoté qui leur donnait l’opportunité de se défouler en rabaissant le cousin de la ville, ce stoefer de la capitale. Je te passerai mes aventures en colonies de vacances et mes exploits à l’armée où invariablement on me reléguait dans le camp opposé étant linguistiquement « différent ». Qu’officiellement l’A.B.L. (Armé Belge/ Belgische Leger) soit devenue la Défense/Defensie, je trouvais cela du plus haut comique. C’est tout.
Maintenant, il me reste encore à préciser que la Eykstroet était située, il y a cinq cents ans dans une ville qui n’appartenait pas à la Flandre mais au Duché de Brabant au même titre que Louvain, Malines, Anvers et Maastricht. Dans ce Duché puissant et riche, fondé par le légendaire Jan Primus (Gambrinus !) le peuple parlait effectivement un patois qui se rapprochait plus ou moins du néerlandais actuel. Mais c’est une escroquerie intellectuelle de faire croire que ce bon peuple brabançon avait le sentiment d’être flamand.
Il y a un peu moins de cinq cent ans, Bruxelles était la capitale du gigantesque Empire de Charles-Quint. On y parlait le flamand, comme le français, l’espagnol et l’allemand. Un peu comme maintenant, quoi…

Écrit par : Nosferatuske | 18/03/2007

Répondre à ce commentaire

Beste Aicha C'est avec plaisir que je te laisse expérimenter les nuances du noir et blanc. Dis-moi quoi si ça donne quelque chose.

Écrit par : Nosfratuske | 18/03/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.