17/12/2011

Marseille

De notre correspondant à Marseille.

Photo prise hier. 

Elle peut alimenter nos réflexions...

Merci, Monsieur Marquis!

 

P1070718BlogOK.jpg

 

Nosferatuske

Commentaires

L'Urbanisme... C'est juste un mot en fait! Il peut recouvrir un aménagement intelligent, respectueux du patrimoine et plaçant l'humain au centre des préoccupations; comme décrire des pratiques "mafioso-immobilières" qui scarifient la ville et qui contribuent à la déshumaniser.

Écrit par : geomichel | 18/12/2011

Répondre à ce commentaire

Les mots portent le sens. A Bruxelles, urbanisme veut dire mensonges, entourloupes et graissages de papattes. A Marseille également, il me semble! Le jour où on verra un de nos politicards occuper un appartement dans le superbe centre qu'ils nous ont mitonnés, tu peu être sûr, cher Geomichel que Bruxelles ne comportera plus rien d'intéressant pour y subsister...

Écrit par : Nos | 18/12/2011

Répondre à ce commentaire

Tu peuX, Geomichel, tu peuX!

Écrit par : Nos | 18/12/2011

Répondre à ce commentaire

Bravo votre site !

vous défendez l'urbanisme ,moi je défends les langues ...
Combien y-a-t-il de publicité en anglais globish dans la capitale Belge ? Et paris ? Et Marseille ? Nina ricci , love in paris ? Parfum français ?

Écrit par : Didier | 18/12/2011

Répondre à ce commentaire

Ben oui, Bruxelles est noyée sous la vague anglaise. Etant un farouche utilisateur d'une culture française des plus éclectiques (Je suis Belge, hein!), je ne supporte pas cette invasion larvée. Mais force est de constater que nous avons la peau dure à Bruxelles. Il s'agit bien d'une vieille, très vieille, tradition. Ayant toujours été la capitale d'une entité quelconque (Empire de Charles V, Duché de Brabant, Etat Belge, Communauté européenne), après avoir été au centre d'une région fort recherchée pour ses champs de bataille et ses richesses immédiatement exploitables par les rêtres, nous avons d'étonnantes facultés d'adaptation. C'est ainsi que sirotant ma pint of Guinness, dans un troquet très à la mode au centre ville je me suis régalé d'une conversation entre deux jeunes hommes d'affaires, méditerranéens, beaux, élégants (costume antracite, rolex et tout le toutim), parlant un sublime dialecte régional. Ce n'était plus, bien sûr, le mélange de mes ancêtres. Mais ils pouvaient se revendiquer allègrement d'être de VRAIS Bruxellois, de vrais Marolliens aussi, d'ailleurs! Ils sont nés à Saint-Pierre, rue Haute, non? Ils dégustaient un délicieux mélange composé de français, de rif, d'arabe et de quelques mots d'anglais d'aéroport. De vrais Bruxellois! Ceux de la capitale de l'empire européen capables de s'adapter à l'arrivée de n'importe quel péquenaud perdu loin de chez lui... ou de n'importe quel envahisseur culturel très rapidement digéré.
Utilisant diverses langues du néerlandais beschaafd en passant par l'anglais de pub, le catalan de cuisine, l'italien de Sacile et le français quand je peux; m'exprimant souvent avec mes mains (les dames de toutes nationalités adorent et comprennent très bien) ou avec un pinceau parfois, quand j'oublie d'être paresseux, je n'ai pas de préférences linguistiques. L'important est de communiquer.
Par contre, d'origine flamande, je suis et je me sens bien de culture française. Je ne renie pas mes origines pour autant. J'en suis très fier et très fasciné comme Brel même si je pratique la langue de Vondel beaucoup mieux que le pauvre Jacques. A cet égard, il me semble très important, comme tout Belge francophone, je crois, d'être très attentif à pratiquer une langue irréprochable tant dans sa forme et dans son fond que dans son orthographe. Défendre sa langue est donc un bon engagement s'il se targue de défendre une culture! Merci Didier de ton passage!!!

Écrit par : Nos | 19/12/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.