29/04/2012

Le banjo volé

 

Message urgent de Béatrice:

 

Chers amis et amateurs de musique,

On a volé hier soir le banjo de mon ami Guy Stroobant (dit le Strobbe), grand joueur de banjo comme nombre d'entre-vous le savent. Cela s'est passé à Bruxelles au Grain d'Orge après un beau concert qu'il y avait fait avec son groupe. 

L'instrument est un banjo B&D de type Silver Bell (voir photos ci-jointes). 

Cet instrument est l'outil de travail du Strobbe et sa seule richesse. Il le possède depuis1968. Il a appris à en jouer avec Derroll Adams. Inutile de dire que c'est une catastrophe pour Guy et qu'il est effondré de cette disparition.



AIDEZ-NOUS A LE RETROUVER !

Je vous demande à tous, amis musiciens et amateurs de musique et d'instruments de musique, d'ouvrir tout grand vos yeux dans tous les magasins de Bruxelles ou d'ailleurs,brocante et autre magasin de seconde main pour retrouver le banjo de Guy !


D'avance merci pour votre aide


Béa

 

 

Banjo Strobbe BlogOk.jpg

 

Dans un cas comme celui-là on ne peut que transmettre. Je ne dirai donc pas, ô combien, je suis profondément outré, dégoûté, scandalisé. Je n'ai pas assez de vocabulaire...

 

Nosferatuske

 

Commentaires

Je suis optimiste...Il y à au moins 40 personnes qui ont partagés le lien sur FB.A chaque coup les instruments ont été récupérés.Celui-ci est invendable(trop connu)Guy est effondré...Dire qu'on a déballé ce bijou il y a plus de 40 ans comme le saint Graal...

Écrit par : babelkot | 29/04/2012

Répondre à ce commentaire

Guy est un disciple en plus d'être un élève de Deroll Adams...
Deroll Adams le vrai rebelle qui n'a jamais écouté les sirènes de l'establisment, le grand et bon musicien qui prenait plaisir à partager.
J'ai eu, par hasard, mais le hasard existe-t-il dans ces cas là?, l'occasion d'assister à un concert de retrouvailles dans un bistrot boitsfortois avec un de ses copains musicos écossais ultra célèbre dans le milieu. Y a quarante ans de ça... J'étais jeune. Je ne connaissais rien, sauf que je recherchais les bons endroits où on s'amusait... Me souviens encore de cette soirée comme si c'était hier. Pur plaisir partagé!!! Les deux musiciens ne nous ont pas, un seul instant, donné l'impression de se donner en spectacle. Ils étaient là pour faire la fête parce qu'ils s'étaient retrouvés. C'est à ce moment-là que tu te rends compte que la musique c'est d'abord un contact vivant, une présence charnelle. Les enregistrements, les CD et autres téléchargements ne sont que le souvenir d'un coït!!!
Allez, pourvu qu'il le retrouve son banjo!
Et pour toi, qui lit jusqu'ici:
Derroll played on the streets and in pubs only occasionally after Jack’s departure. He lived near the Grand-Place of Brussels and was a regular at the Welkom, the favourite café among "Bohemians" (as they were called back then) and other assorted Beatniks. Many were impressed by this tall picturesque and unique figure: stringed jacket, threadbare blue jeans, worn out cowboy boots, Stetson and banjo – an original sight in our land indeed! His songs must have sounded quite original to most listeners too, but it was mostly the man's brilliant personality, charisma and reassuring coolness that people noticed when they first met him. His deep, warm voice told the songs more than it sang them. His banjo style was most delicate and superbly clean (listen to his masterful rendition of Pretty Little Miss). The man was a born-entertainer who could capture the most varied of audiences – even those with no inclination for the American idiom – with his infectious cheerfulness that was a subtle mix of humanity, tenderness plus a good pinch of humour. The icing on the cake was his kindness and a matchless touch of class. He was also, simply, a poet: songs such as The Sky, The Mountain, The Valley and Love Song provide ample proof of his enormous talent. The – apparent – simplicity of his banjo style amplifies the clarity of his lyrics. This combination enabled him to go directly to the heart of the matter with seemingly very little effort, hitting home most of the time. And that is what makes him timeless.

Écrit par : Nos | 29/04/2012

Répondre à ce commentaire

Vendredi 26 octobre (20h30). (dans 3 jours)

Je partage

Une vingtaine de musiciens et de chanteurs sur la scène de la Maison Haute pour une nuit Folk & Blues comme on n'en a plus vue depuis longtemps...

Jugez par vous même, c'est pas des klettes comme qui dirait: Cécile Meufroy, Geneviève Dartevelle, Wim Hombergen, Loli, Olivier Desailly, Pit Agami, Alain "Socrate" Gouthier, Olivier Stroobant, Thomas De Vries, Alexis Nootens, Mattéo Badet, Tom Germain, Marwan Zoueini, Bernard Degavre, Didier Courtmans, Eric Chale, Barry Mc Neese, Bruno Segers, Gil Delogne, Guy Stroobant...

De standards et des compos, de reprises et des impros.. Pour tous les goûts mais toujours de bon goût... That's a band, Jo! est la soirée musicale à ne pas rater!



Vous aviez été nombreux à manifester votre soutien à l'ami Guy - "Le Strobbe" - Stroobant quand un malandrin lui a volé son banjo; voilà l'occasion rêvée de joindre le geste à la parole.

Comme pour tousles événements Kenbe Fem, les recettes du bar sont destinées à soutenir nos projets en Haïti. Voila donc toute une série d'excellentes raisons pour bloquer votre soirée du 26 octobre.

A Bientôt.
Où :

Maison Haute
Place Antoine Gilson, 2
1170 Watermael-Boitsfort

Prix :
€ 10
Site :
www.kenbefem.be
Informations :
info@kenbefem.be

Lire plus: http://www.netevents.be/fr/concert/234606/That-s-a-band-Jo-/#ixzz2A7WPupsK

Écrit par : Laurent | 23/10/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.