28/07/2006

Derrière le décor

Il arrive parfois, qu'au gré des flâneries, on puisse tomber sur ce qu'il faut oser appeler une faille spatio-temporelle. C'est ainsi qu'en revenant d'une promenade au Rouge-Cloître, mon regard fut attiré par un faux-pli urbanistique.

 

 

Claude Semal, mon Bruxellois préféré, chantait: "On a gardé la façade et bazardé le reste." Il brocardait ainsi l'establishment et ses schieves ... qui, pour faire mieux qu'EuroDisney aseptisent la ville en bourrant de clim, de spots, d'high-tech et de gyproc, des immeubles éclairés de fenêtres à meneaux du XVIème siècle.

 

 

Une fois n'est pas coutume, c'est avec plaisir que j'ai vu contredire mon Bruxellois préféré. Car, à quelques pas de la place où s'encanaillent les euro-technocrates, dans les remugles de fritures toonesques, se niche l'impasse du Pré, anodine, discrète, humble.

 

 

Pour une fois, la façade sert à garder le reste...

 

Nosferatuske