22/05/2012

Crise grecque, une solution...

 

... bruxelloise

 

Brublog12051501.jpg

 

Nosferatuske

05/12/2011

Saint Nicolas

Sacrifiant au rite aussi débridé que dépravé des achats de cadeaux pour la fin d'année, j'ai tenté, samedi dernier, une incursion rapide dans le milieu de la consommation dure et frénétique.

Ce fut vite expédié.

Nous nous sommes rapidement retrouvés, ma fille et moi à siroter une délicieuse Saint-Feuillien à l'Imaige Nostre-Dame...

C'est au sortir du chaleureux estaminet que nous sommes tombés sur Saint Nicolas et son cortège.

En voici le récit en images et en bruxellois.

 

Brublog111203 016blog.jpg

As ge menier den agent ziet afkoume in't midde van de stroet, es hem, ofwel hielemoe scheilezat, ofwel gebuirte er iets specioels. Deize ki, was er iet on't gebuire...

(Traduction: Quand tu vois arriver Monsieur l'agent au milieu de la rue, c'est qu'il est, ou bien, complètement strondzat, ou bien,  c'est qu'il se passe quelque chose de spécial. Cette fois-ci, il y avait quelque chose en train de se passer...)

Brublog111203 017blog.jpg

Iest, kwam er zuune agressieve vent van de service d'orde da a weg stoempte. 'K a al mo ien goesting: zaïne nek afbaïte. 'T beginde al goed...

D"abord, est arrivé un gars agressif des services d'ordre qui te poussait sans ménagement. Je n'avais déjà qu'une seul envie, lui casser la figure. Ca commençait déjà bien...

 

Brublog111203 019blog.jpg

Doe achter kwam Schuun Moestach, mei zen ker woroep ons Menneke, gedéguizeird in Sint Nekloes, oep de toeriste piste.

Arrivait ensuite Belle Moustache avec sa charette sur laquelle notre Petit Julien, déguisé, pour l'occasion, en Saint Nicolas, pissait joyeusement sur les touristes.

 

folklore; cortège; saint nicolas,manneken pis

Nodoen zen de Erme Maskes afgekoume. Ie, zie de da , baï ons, de kries altaïd bestoen heïd... In den taïd, moeste ze al huile ski's partageïre...

Après cela, sont arrivées les Pauvres Filles. Ici, tu vois, que chez nous, la crise a toujours existé... Dans le temps, ils devaient déjà partager leurs skis...

 

folklore; cortège; saint nicolas,manneken pis

Ie zie de da de Erme Maskes van den boïte koume. Ge huurd al huile man roepe as ze weg goen van hois: "Verget a kabas ni, as ge toch no 't stad goet!"

Ici tu vois que les Pauvres Filles viennent de province. Tu entends déjà leur mari crier, quand elles partent: " N'oublie pas ton cabas comme tu vas qua même en ville!"

 

folklore; cortège; saint nicolas,manneken pis

Voilà de échassiers of messchien de stokkebiene? Ik wijt ni oe het te zegge in maïn toel. Ik klach het dus tijge de muur, zonder komplex... As ge ma kunt heulpe zal ek kontent zaïne!!!

Voilà les échassiers. Je ne sais comment dire ce mot dans ma langue. Je le clache donc contre le mur, sans complexe. Si tu pouvais m'aider, je serais content!!!

 

folklore; cortège; saint nicolas,manneken pis

Y avait aussi des échassières...

Schuun mokskes, hein!!!

 

folklore; cortège; saint nicolas,manneken pis

 

De stokkebiene wore muug. Vui te ruste, hebbe zuile loete vale teige en fassade.

"Wa doede op den "Espace Wallonie?"

"Ik zit erop!!!"

Les échassiers étaient fatigués. Pour se reposer, il se sont affalés contre les façades.

"Qu'est-que tu fais sur l'Espace Wallonie?"

"Je m'assois dessus!!!"

folklore; cortège; saint nicolas,manneken pis

Er was uuk iemand op d'huugte...

Y avait aussi quelqu'un à la hauteur de la situation...

 

folklore; cortège; saint nicolas,manneken pis

'K hem daïne peï al honderd kiere gefotografieird. Ne moet hem afvroege wo dat hem manne smikkel al gezien heid...

J'ai déjà photographié ce peï une centaine de fois. Il doit se demander où il a déjà vu ma tronche...

 

folklore; cortège; saint nicolas,manneken pis

De manne van Anderlecht wore doe uuk...

Les gars d'Anderlecht étaient là aussi...

 

folklore; cortège; saint nicolas,manneken pis

Wa da 'k hiel tof vond was de présence van de manne van "Woltje", nen groep vlomse studente die interest heme in den brusselse folklore. As de joengere mij ons zaïn, wa kan er ons nog gebuire?

Ce que j'ai trouvé très tof c'est la présence de "Woltje", un groupe d'étudiants flamands ayant de l'intérêt pour le folklore bruxellois. Si nous avons les jeunes avec nous, que peut-il encore nous arriver?

 

Woltje, folklore; cortège; saint nicolas,manneken pis

 

En ie es hem! Den echte, den ienegste, den beste... 

Et le voici! Le vrai, l'unique, le meilleur...

 

J'aurais pu te montrer les gars du Meiboom, les deux "Madame Chapeau" et d'autres personnalités plus truculentes les unes que les autres. Mais, il faut savoir donner envie. La prochaine fois tu seras là aussi. Tu t'en mettras plein les mirettes et tu pourras vivre pleinement un folklore bien dynamique!

Nosferatuske

12/05/2009

Les amis

 

.

.

 

Samedi 9 mai, rue de l'Etuve...

.

.

Brublog2009_0509(090)blogOK

CLICKKK !!!

 

 

Nosferatuske

29/07/2008

C.I.C.

 

 

Mais que fait la C.I.C. (Coordination Interdépartementale des Chancres) pour la rue de l'Etuve?

 

Brublog2008_0501(007)

 

 

Brublog2008_0501(008)

 

 

Brublog2008_0501(011)

 

 

  

Nosferatuske

 

11/11/2007

Poechenellekelder

 

Brublog 071110 19

Click sur la photo...

Brublog 071110 23

Brublog 071110 12
 

Brublog 071110 15
 

Nosferatuske

19/08/2007

Delirium Tremens

 

Brublog 070818 104blog

Brublog 070818 110blog

Brublog 070818 117blog

Brublog 070818 125blog

Brublog 070818 135

Brublog 070818 136blog

No comment... 

Nosferatuske

09/10/2006

Rue des Moineaux

A deux pas du  Manneken Pis...

 

Brublog060917 083blog

 

On attend la deuxième couche...

On aura le temps de voir venir pendant six ans...

 

Nosferatuske

01/10/2006

Rue de l'Etuve

A deux pas de Manneken Pis...

Ne t'arrête pas, ne lève pas le nez.

 

Brublog060917 090blog

 

Et ne viens pas rouspéter, car à tes pieds la propreté et la mobilité sont assurées !!!

Pôvre B...

 

Nosferatuske

19/09/2006

La rue de l'Etuve va mal...

Quand je fais un détour rue de l’Etuve, c’est toujours en me frayant un chemin rapide entre des grappes de touristes cherchant le petit Julien. C’est souvent le nez baissé, sans avoir encore l’envie de me gausser de leur étonnement, quand ils l’ont trouvé si petit, que je trace mon sillon vers la rue du Lombard et la Grand-Place.

L’autre jour, en écoutant des musiciens de rues, bien sympas, j’ai laissé flâner mon regard sur les façades de la rue de l’Etuve, regrettant de ne pas avoir pris mon appareil photos. Le choc fut rude.

 

 

C’est là que me vint la révélation essentielle : « A Bruxelles, il faut que tu sois mobile, à pied, à vélo ou en auto (non pas de rime facile !). Faut que tu circules !» Parce que, quand tu flânes, quand tu prends le temps de regarder, les évidences viennent t’agresser. Quand tu prends le temps de t’arrêter…

 

 

Pour atteindre le Manneken Pis, les touristes passent dans une rue sinistrée, vérolée. C’est là que l’on comprend pourquoi Bruxelles n’est pas un objectif de voyage, en soi, mais une simple étape d’un périple européen…

 

 

L’abandon est criant, hurlant, assourdissant. Il y a déjà eu des réactions, des reportages sur le sujet. Mais, à quoi bon…

A la veille des élections, quand je m’arrête et que je réfléchis, je me demande pourquoi ils s’écharpent (elle n’est pas échevinale, celle-là ?) tous en parlant de mobilité ? Faut pas que tu t’attardes. Vaque à tes occupations. Cours, roule, cours, roule, roucoule, tu réfléchis trop.

Je ne suis pas poujadiste. Je me pose des questions comme, par exemple celle de se demander pourquoi aucun de ces merveilleux représentants de notre médiocrité bêlante ne parle de projets de préservation, ne fusse que du décor de nos courses exorbitées à la recherche de consommation sans frein.

C’est comment qu’on freine ? J’voudrais descendre de là !

A quoi ça sert de courir ou de rouler à vélo dans un désert de béton ou dans de tristes ruines attendant la main salvatrice des as de l’esthétisme post-merdique ?

Que nos schieves ingénieurs municipaux  ne se trompent pas. Je ne demande pas une rénovation aseptisée dont ils ont le secret. Un p’tit nettoyage, une petite aide aux vieilles personnes qui habitent encore aux étages de ses masures vénérables, un p’tit coup de main aux spéculateurs pour qu’ils aillent voir ailleurs pour construire une grande surface ou une banque, ferait plaisir. De petites maisons toutes fraîches avec de jolies petites pièces à la Vermeer et de jolies boutiques siéraient bien à cet endroit.

Mais j'exagère! Je ne suis pas raisonnable.

Tu vois ce que c’est de flâner, de rêvasser, de siroter ta Rochefort à une terrasse.

Tu deviens mélancolique, tu fous le bourdon aux autres moutons !!!

Alleï , alleï, circuleï, ou j’appelle le garde-ville, potverdoeme !!!

 

Nosferatuske

18/09/2006

De Poechenellekelder

Réponse et remarques pour le dernier jeu. Il s’agissait de nommer le bistrot où travaille le personnage de gauche sur la dernière photo de Bruxellensis.

 

 

Le personnage œuvre, dans le plaisir et l’opulence brassicole, au Poechenellekelder, rue du Chêne.

 

 

En fouillant sur le Net, à votre service, je me suis rendu compte qu’il fallait être extrêmement vigilant quant aux définitions et informations concernant notre patrimoine. Le rotte skribouillard de service en langue française, nous annonce, sur eBRU 2002-2006 : « Malgré le fait qu'il soit dans les partages directs du célèbre Manneken Pis, ce "grenier de Polichinelle"»… alors que, petite klet, un kelder c’est en Ménapien moyen comme en Brusseleir vulgaire, une cave et pas un grenier !!! Y avait qu’UN cave pour tomber dans le panneau, c’était ce stukske skribouillard van men twee.

Mais, « milliard de tet », en Vloems, c’était, didjûû, pas mieux.

Sous des dehors plus slum (pasoep, IK ben den intelleKtuel van de service) la klet nordiste, tombe aussi dans le panneau en annonçant, style gnagnagni et gnagnagna : 

« Het Brusselse woord poechenel betekent zoveel als marionet, en daarvan zijn er in dit heerlijke café een hele verzameling te bewonderen (niet te verwarren met polichinel, want dat betekent nietsnut en zelfs idioot...). 

Hé, menier de klet !!! Jij bent een nietsnut en zelfs een dikke idioot (Leterme est faible… want we weten, nog niet, van wie je de stomme marionet bent) !

Il y avait, voici une quinzaine d’années encore, un  théâtre de marionnettes qui officiait sous le bistrot actuel, dans des locaux encore visibles quand vous daignez descendre aux toilettes, qui s’appelait, en patois bruxellois : « La cave aux marionnettes ». Vous pouvez encore voir le castelet qui pourrait être opérationnel si la place ne manquait.  Les poechenelles faisaient donc référence à l’état de marionnette, en général, comme le célèbre Polichinel. C’était, ainsi perçu, vraisemblablement, dans le même esprit frondeur et irrespectueux que la célèbre marionnette française.

 

Quand je vous disais qu’il fallait se méfier des promoteurs immobiliers, j’avais oublié qu’il fallait surtout se défier des auto-promoteurs pseudo intello-kweitallesvanveretfermetonsmoel, qui infestent la Toile en vous pompant la moëlle des os sans que vous le sentiez. Ils font de leur dikke nek sur votre dos en méprisant le petit peuple. Heureusement, Nosferatuske est là, qui veille…

 

La journée sans voiture m'a donné l'occasion de prendre une superbe série de photos. Faut que je les trie. Faut que je mette de l'ordre dans mes commentaires qui risquent d'être acerbes... Non, tout le monde n'est pas beau; non,tout le monde n'est pas gentil...

 

Nosferatuske